Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Assiduité...

Voilà soixante ans que cela dure et selon les apparences il faudrait que cela continue....

Pourtant cette assiduité requise demande des efforts constants et une grande, immense volonté. Car qui a envie de tenir sans relâche, qui a  cette endurance, qui a au fond de soi cette envie de maîtriser, de tout contrôler et surtout de savoir, de posséder ?

Pour ma part on m'a demandé d'être assidu à l'école, ce que j'ai réussi tout en contrôlant mes efforts pour ne pas trop bien faire, à onze ans je sentais que je ne voulais pas trop être à la merci d'une société envahissante et contraignante surtout pour les mieux équipés...

Quand j'ai eu mon brevet, j'ai été bienheureux que par un concours de circonstance, l'école normale pour instituteurs a échappé à mon avenir déjà tracé... Puis le bac, que je devais à mes parents , a été obtenu avec mention après un oral de rattrapage épique mais tellement riche de préparation à ma vie future, j'ai affronté un ravin de plus de 60 points à rattraper et voilà que cela a fonctionné car j'ai fait confiance à ma capacité d'adaptation aux circonstances, de la foi qui sait ?!

Après avoir ramené mon trophée en papier à mon père endormi, j'ai tout laissé et suis parti à la conquête de ma vie future...

Quelques cinquante kilomètres plus loin et sans permis j'ai obtenu mon premier emploi en Germanie, ironie, je n'aimais pas ce pays trop proche et dont on m'avait si mal parlé... Puis finalement j'ai apprécié, c'est là que j'ai rencontré mes premiers amis, et mes premiers collègues qui m'ont appris bien des choses qui m'ont suivi jusqu'à aujourd'hui. (grâce à ce job dans l'armée américaine j'ai fait connaissance avec une centaine de personnes de nationalités différentes, côtoyé les USA, les Balkans, le Laos, l'Irlande...)

Toujours s'adapter, toujours y croire, ne pas se poser de question, avancer, ne pas oublier les autres en route, aider, vivre, être satisfait et trouver l'amour...

Une galère (je ne parle pas de vie parallèle, de drogues etc...) mais aussi une équipée irremplaçable.

Un ami de jeunesse avec lequel j'ai pu faire ce que l'on m'avait interdit, la musique, nous avons chanté dans toutes les fêtes,au travail, au bal dans l'orchestre, en fait durant ces années là, l'interdit est devenu volonté, pas de remords mais envie de connaître...

Puis papa est allé rejoindre l'orchestre éternel, et moi, après avoir assumé ma famille j'ai erré d'amourette en amour, puis las de solitude j'ai trouvé au final l'âme-soeur qui m'accompagne encore...

Et là j'ai repris un droit chemin en me disant que je n'avais plus d'autre choix que de réussir, petite famille et amour me le demandant et j'ai travaillé, en me fixant pour but personnel de changer tous les cinq ans pour ne pas m'encroûter....

Après deux périodes comme voulu, je me suis entêté en quelque sorte pour m'endormir volontairement dans un boulot que je n'aimais pas mais qui m'a apporté une certaine aisance de vie, voiture de service, vie en hôtels en France et en Europe... mais il fallait qu'un réveil se fasse...car autour de moi le fossé se creusait...

Et il y a vingt ans, une dernière fois ma "liberté" et le fait d'avoir quelques amis dans les affaires,m'ont permis de vivre une dernière étape qui m'a apporté à nouveau du sel dans ma soupe devenue fade et surtout que je retrouvais en moi cette assiduité inculquée...

Après un court essai pour être le dirigé à nouveau, c'est avec volonté et assurance que j'ai affronté la responsabilité d'"entrepreneur" et ma foi j' y ai réussi... en partie, car il y a toujours un revers de médaille, j'ai dû aider, bosser durement, ré-apprendre, canaliser mes volonté, m'adapter, en adopter certains, en licencier beaucoup, j'ai affronté prud'hommes et bien d'autres aléas, mais j'ai réussi à équilibrer les résultats et gagner pour les autres, l'entreprise et les collègues,mais en dérogeant à ma vie personnelle de façon insupportable parfois, et, j'ai tenu quasi dix ans...

Infarctus, autres opérations pas bénignes, un coeur refait, j'ai décidé à soixante ans pile de me retirer et aujourd'hui je le dis sans hésiter, on m'a demandé d'être assidu à ce que je faisais...et, j'ai bien fait !

 

Si l'envie me reprend je parlerais plus en détail de ces soixante ans, si l'envie me prend... ^_ ^

NB : Tranches de vie... (j'e ferais référence sur : http://vupardoume.blogspot.com/

.../...

 

moi 70.jpg

Commentaires

  • Aurais-je raté une occasion de boire à ta santé ?
    Bises

  • non pas encore Anne... mais bientôt bises et tu peux boire quand même...
    ;o)

  • J'espère que le coeur te dira de parler plus en détail de ces soixante ans, Doume !
    Merci pour ce récit. Beau week-end à toi.

Écrire un commentaire

Optionnel