Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trente six ans, c'est l'âge que j'avais...

Quand le mur de Berlin est tombé grâce à l'acharnement de certains humanistes ? politiques ? "libéralistes" ? et je ne sais quels autres qualificatifs utiliser...?

liberté,mur,Allemagne

Google le rappelle aujourd'hui, ce mur n'était pas à sa place, il était gênant pour l'humanité, pour le peuple allemand et pour les politiques et les manifestants au nom de la liberté d'alors.

En 1971, plus ou moins vingt ans avant, j'avais débuté ma carrière de "bureaucrate" en proche Allemagne, comme nous la qualifions à l'époque comme encore maintenant d'ailleurs. Pendant les cinq années de ce premier travail, dans l'armée des USA, j'ai côtoyé près de vingt nationalités et principalement des allemandes et allemands originaires de diverses régions de RFA.

Le fameux mur n'a jamais été dans nos préoccupations, ni dans nos grandes discussions usuelles, nous aimions notre vie à l'ouest et nous comportions comme des nantis sans réfléchir à ce qui n'allait pas dans cette façon d'être...

Pendant ce temps là nous passions aussi nos vacances en Autriche, d'abord avec mes parents et ensuite avec mon ami... et un peu plus tard avec nos enfants à nous...

La première fois que nous étions là à l'hôtel pension ALPILA avec mes parents, j'avis seize ou dix-sept ans, nous nous sommes liés d'amitié avec une famille allemande qui venait du centre d'Allemagne, de Leverkusen pour être précis. Avec la fille, nous avons sympathisé et beaucoup parlé, c'est grâce à elle qu'un jour nous avons parlé assez longuement de sa famille restée en RDA c'est là que j'ai compris leur séparation, leur incapacité de se voir régulièrement, il leur fallait une autorisation et plein de papiers et préparatifs avant de pouvoir les voir, nous étions en 1968/69...

J'ai revu cette amie quelque temps plus tard et nous nous sommes un peu éloignés dans les années qui suivirent. Une fois marié, nous l'avons retrouvée ensemble à Strasbourg après la chute du mur et n'avons plus parlé de sa famille ni de ce "problème", à croire que tout était devenu normal.

Depuis quelques années maintenant nous sommes amis sur Faceb... et je suis heureux d'avoir de ses nouvelles sporadiquement, sans pour autant approfondir, nos chemins ont été divergents... mais il faut aussi le dire, j'ai été amoureux d'elle au tout début de notre relation, ceci étant anecdotique aujourd'hui, car c'est plutôt mon ami qui l'a séduite avec sa guitare et nos chansons...

Tout cela pour dire que pour nous étrangers il a été beaucoup plus facile de nous lier, par le travail, les vacances, les loisirs avec nos voisins allemands et étrangers que pour eux qui étaient de même origine, culture et nationalité, c'est donc beau pour moi de savoir qu'aujourd'hui ces gens là n'ont presque plus de problèmes de relations, mais restent à un certain niveau très repliés sur leur ancienne vie en ne s'adaptant que très difficilement entre eux, même par le sport qui reste très orienté dans le mauvais sens, je parle de stades , même en Bundesliga qui restent très à l'ancienne et je trouve ça choquant...

Mais il y a les souvenirs avec mes ami(e)s allemands et cela me réchauffe le coeur !!!

D.

 

Commentaires

  • 30 ans déjà que le mur de Berlin est tombé... j'étais juste un peu plus jeune que toi. :-)
    Un pan de ta vie que tu n'oublieras pas, Doume. Merci de nous en avoir parlé et de l'avoir partagé. Facebook permet finalement de retrouver d'anciens amis ou amies, et pour cela, c'est bien même si les échanges ne sont pas très personnels.
    Beau week-end à toi. Bises.

Écrire un commentaire

Optionnel